16 septembre 2006

Chronique des princesses qui fument

On imagine volontiers les princesses comme de frêles jeunes femmes souffreteuses, qu'un petit pois tuméfie et que la moindre quenouille fait dormir pour cent ans. Au moins. Elles sont jolies et délicates, ou du moins les imagine t-on ainsi, et ne se vêtent que de robes couleur du soleil. Ou de la lune pour les plus taciturnes. Encore les plus simples se contentent-elles d'une robe couleur du temps.

J'ai pourtant vu hier une princesse qui n'était ni délicate, ni parée d'étoffes rares et précieuses, et qui ne craignait pas de se frotter à la violence du monde. Il faut dire qu'elle est taillée pour les gros travaux : 120 tonnes pour 27 mètres de long, elle affiche ses rondeurs sans complexe, boit 150 litres par jour et fume sans discontinuer. Voilà qui découragerait les plus enhardis des charmants princes. Et pourtant, l'arrivée de cette vieille demoiselle de 57 ans a attiré une foule assez conséquente. Car la foule aime les curiosités. Et Sammy aussi, qui n'a pas hésité à ne se nourrir que d'un sandwich afin d'admirer la belle.

Elle est arrivée avec juste ce qu'il faut de retard pour se faire désirer. Lancée à toute allure, elle a ralenti en s'approchant de la foule, s'est mise a siffler violemment en lachant d'imposantes volutes de fumée grise. Et tout le monde a applaudi.

Il faut dire que 241P17 (c'est son petit nom) est une locomotive comme on en voit plus. Avant d'être sauvée du recyclage sous forme de boîtes de conserve par une poignée de passionnés, elle a été fabriquée par les établissements Schneider en 1949 et affectée à la traction à grande vitesse de l'époque, avec une vitesse commerciale de 120 Km/h. Il leur a fallu 13 années de travail pour remettre en état leur "Princesse", obtenir l'agrément de circulation et permettre à ce patrimoine sur roulettes de reprendre du service.

La "Princesse" est une fort belle chose qui mérite ces égards. C'est un monument historique qui témoigne d'un temps pas si lointain. Une époque où les cheminots, la clope au bec et la pelle entre leurs mains calleuses, enfournaient 40 kilos de charbon par kilomètre dans le ventre de la bête. En sifflotant Love me tender, love me suie. C'est du moins ainsi que je m'imagine la chose.


Ils étaient d'ailleurs là, les anciens, les nostalgiques et tous ceux qui ont connus la vie duraille de ce temps là. Dans le train et sur les quais, au milieu de la foule des curieux. Certains diront que se masser par grappes au bord d'une voie ferrée pour regarder passer le train, c'est vache... Ceux là n'ont jamais vu une vraie locomotive à vapeur. Ils n'ont jamais senti cette puissance animale qui se dégage de la machine. Ils n'ont pas admiré les dimensions de la machine, sa beauté de chose désuète, inutile, et pour tout dire indispensable. Car ils n'ont pas vu la fierté dans le regard des hommes.


C'est la chaleur qui surprend en premier. Il doit facilement faire 40 ou 50° dans la proximité immédiate de la locomotive. Ensuite on perçoit l'odeur de fer chauffé et de charbon, à laquelle vient s'ajouter le bruit des jets de vapeur qui semblent ne devoir jamais s'arrêter.


J'ai essayé de traduire mes impressions à travers ces quelques mots ironiques et par l'entremise de photos, rituel imposé de ce genre d'événement. J'aime beaucoup celle-ci, extraite du site officiel de la 241P17 ; elle donne une meilleure idée que les miennes des dimensions de la machine.


La passion des hommes pour les belles choses est un détail nécessaire.

10 commentaires:

  1. Et ils ont même fait venir Jean Gabin pour piloter la Bête !
    Au fait, 241 c'est 2 essieux porteurs à l'avant, 4 paires de roues motrices, 1 essieu porteur à l'arrière (donc machine probablement plus longue que la fameuse Pacific 231 )

    RépondreSupprimer
  2. Ah oui, j'oubliais la nécessaire référence à Alphonse Allais (ça, c'est à cause de ton Love me tender ) :
    Lorsque tu verras une bonne
    D'enfants, et non autre personne,
    Assise au milieu d'un tender
    Ou wagon de chemin de fer
    Découvre toi sur son passage
    Salut à son noble visage !

    Moralité : A BONNE EN TENDER, SALUT !

    RépondreSupprimer
  3. Je suis impressionné par la précision de tes connaissances ! Chapeau !
    Va faire un tour sur leur site que je mets en lien, ils rapportent pas mal de détails techniques de ce genre.

    Bien vu pour Alphonse Allais ;-)
    Dans le même ordre d'idée, j'aurais bien voulu caser "Pas de bogie woogie" mais je n'ai pas trouvé où le mettre !

    Bon, sur ce, il faut que je me prépare pur la suite des journées du Patrimoine. Ca faire des choses à raconter...

    RépondreSupprimer
  4. Mais tous les dijonnais sont allés lui rendre visite on dirait, à cette princesse fumante. Ton voisin, Paysan Heureux en parle aussi aujourd'hui !

    RépondreSupprimer
  5. Ah, il va falloir que j'aille voir ça alors ! Tu m'apprends un truc là... Paysan Heureux est mon voisin ? Euh... en fait je n'avais plus été sur son blog parce que... hum... j'avais été choqué par la couleur... tu crois que si je lui demande gentiment il changera ? X)

    Sans rire c'est dommage : pour une fois que j'avais l'occasion de rencontrer un autre bloggueur !

    RépondreSupprimer
  6. paysanheureux18/09/2006 20:42

    Superbe commentaire ! Belle aventure que celle de ces 20 "fous" qui ont sû remettre en route cette belle dame... Ce billet est superbe !
    Un voisin sur la ligne !!!!

    RépondreSupprimer
  7. Belle Bête mon Général (et toujours des problèmes pour poster des commentaires...)
    Maurice

    RépondreSupprimer
  8. Ah ! C'est donc toi le commentateur anonyme de l'autre jour ! Je t'ai répondu ! Il faut poster en "autre", et mettre son url dans la case qui va bien. Mais c'est vrai que c'est pénible.

    Bah, le plus embêtant c'est que mes "nombreux" lecteurs -hum- ne voient pas que c'est toi qui écrit ; je vais te rajouter dans mes liens. Merci de l'avoir fait chez toi ! :-)

    Sinon, pour en revenir à la loco, c'est vrai que c'est une belle pièce ^^ (toujours les hommes seront fascinés par la taille, il faut croire) ; ça valait le déplacement.

    RépondreSupprimer
  9. Je ne voulais pas balancer ce message n'importe où... alors j'arrive avec un ou deux métros (trains) de retard :
    par les hasards du forum d'entraide Canalblog, j'ai découvert un blog fascinant : la naissance d'une locomotive !
    Qui donnerait presque envie de s'y mettre !

    RépondreSupprimer
  10. C'est vrai que c'est très joli ! Un peu technique pour moi, qui ai du mal à enfoncer un clou sans le tordre, mais bien sympa quand même !

    Ca pourrait faire un sujet du Sammy-groupe ^^

    RépondreSupprimer

Le formulaire qui apparaitra suite à votre commentaire est destiné à vérifier que vous êtes bien un être humain. Si vous avez quelque chose à dire, allez-y ! Si vous êtes un robot, bonne chance pour le test =)