15 mai 2008

Il faut un début à tout

Pour la consigne 69 de Paroles plurielles, je n'avais pas d'idées, alors j'ai décidé de m'amuser un peu. Si ce texte vous parait un peu décousu, c'est normal, mais je vous laisse réfléchir au pourquoi de la chose. Au demeurant, l'explication n'est pas très difficile à trouver. Cela pourrait même faire l'objet d'un petit concours...

L'incipit proposé était : "Ce matin, pour la première fois depuis longtemps..."


Ce matin, pour la première fois depuis longtemps, je me suis levé assez tard, et quand Mavra m'a apporté mes bottes cirées, je lui ai demandé l'heure. Commencer par commencer ; commencer par je... D'accord : je suis pensionnaire d'une maison de santé. La première chose que je peux vous dire c'est qu'on habitait au sixième à pied et que pour Madame Rosa, avec tous ces kilos qu'elle portait sur elle et seulement deux jambes, c'était une vraie source de vie quotidienne, avec tous les soucis et les peines.

Appelez-moi Ismaël. Il m'est arrivé une aventure étrange. Officier dans l'armée française, je me trouvais au siège de Saragosse. Pendant toute la journée d'automne, journée fuligineuse, sombre et muette, où les nuages pesaient lourd et bas dans le ciel, j'avais traversé seul et à cheval une étendue de pays singulièrement lugubre et, enfin, comme les ombres du soir approchaient, je me trouvai en vue de la mélancolique maison Usher.

Je me souviens que Reda Caire est passé en attraction au cinéma de la porte de Saint-Cloud. Nous étions à l'Etude, quand le proviseur entra, suivi d'un nouveau habillé en bourgeois et d'un garçon de classe qui portait un grand pupitre. Il me suffit de fermer les yeux pour entendre encore ronronner les becs de gaz de la petite étude, voir les murs verts et les grandes cartes géographiques, le Bassin Parisien avec ses auréoles, le Tonkin violet, l'Annam rose, et trente têtes penchées patiemment sur des cahiers.

8 commentaires:

  1. "fuligineuse" Je ne connaissais pas.
    Vérification faite, j'aurai appris quelque chose aujourd'hui.

    Aucune idée pour le sens caché de ton billet par contre...

    RépondreSupprimer
  2. Moby dick revisité....une histoire de fou.... forcément dans une maison de santé... ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Merci à tous les trois de votre passage ! Je poste à l'instant même un billet expliquant ce fameux "sens caché", qui permettra à tout le monde d'exercer sa sagacité !

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  5. Dominique Hasselmann21/05/2008 16:51

    Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  6. Troisième tableau (merci d'effacer les précédents, car on est éjecté avant d'avoir fini de taper !) :

    Le siège de Saragosse = Louis-François baron Lejeune, peintre et mémorialiste de l'époque.

    RépondreSupprimer
  7. Je suis impressionné, car si ce n'est pas la bonne réponse, ça aurait pû être ça, d'autant plus qu'après une rapide recherche, je constate que c'est la même époque que celle de "mon" livre. (je donne un indice là !)

    J'ai effacé tes deux commentaires précédents, comme tu me le demandais. Décidement tu n'as pas de chance avec les commentaires chez moi :-)

    RépondreSupprimer

Le formulaire qui apparaitra suite à votre commentaire est destiné à vérifier que vous êtes bien un être humain. Si vous avez quelque chose à dire, allez-y ! Si vous êtes un robot, bonne chance pour le test =)