27 décembre 2006

Chronique du givre et des villes qui disparaissent

Le plus difficile dans un texte, c'est le début et la fin. Je bloque souvent sur la première phrase, celle qui entrainera toutes les autres à sa suite et incitera à continuer la lecture (souvenez-vous du bout de la pelote de laine), et j'ai longtemps cherché une phrase finale équivalente au "Et c'est ainsi qu'Allah est grand" de l'indispensable Vialatte, mais je désespère de trouver un jour quelque chose d'aussi bien. Les plus attentifs d'entre vous auront sans doute remarqué la tentative de mot de la fin récurrent des chroniques d'août et septembre...

L'important dans un texte, c'est le début et la fin. Parce que finalement, vous pouvez mettre à peu près ce que vous voulez entre les deux. Ainsi, qu'est ce qui m'empêcherait de parler du givre, de Maupassant et des vieilles gloire du thermalisme mourant à petit feu ?


A l'heure où j'écris ces lignes, le givre recouvre une bonne moitié de la France. L'autre moitié gèle sans fioritures, et c'est bien dommage. Car il n'est rien de plus beau que les délicates et éphémères sculptures que le froid cisèle pour quelques heures autour des objets soumis à son empire. Les arbres, les fils électriques, les antennes et les grillages se parent alors d'un habillage de cristaux hérissés qu'un souffle fait disparaître. Il n'est jusqu'au moindre brin d'herbe qui ne se pare de ces épines gelées. Le givre est le luxe de l'hiver.

L'air est silencieux et piquant, le temps semble figé autour d'un décor immuable. Mais bientôt un oiseau s'envole, une voiture démarre, un passant éternue ; la vie ne s'est pas arrêtée. Sauf à Châtel-Guyon, grande petite ville posée dans le Puy-de-Dôme comme la tasse à café sur la table, où l'hiver, les journées sont longues et les nuits glaciales. Cette ville de mon enfance m'a fait l'effet d'un décor à l'abandon. Il y aurait plus de 6000 habitants, c'est à se demander où ils se cachent.


On est bien loin de l'époque glorieuse du thermalisme, où l'on venait de loin profiter de ses eaux fumantes et ferrugineuses, à qui l'on prêtait milles vertus - Maupassant lui-même espérait soigner sa syphilis de cette façon. Pauvre garçon. Ses séjours lui auront au moins donné l'occasion de produire quelques contes sombres et grinçants, et une poignée d'enfants illégitimes.
Après dîner, j'allai faire un tour dans le parc de l'établissement thermal. Cela se passait dans une petite station d'Auvergne, Châtel­Guyon, cachée dans une gorge, au pied de la haute montagne, de cette montagne d'où s'écoulent tant de sources bouillantes, venues du foyer profond des anciens volcans. Là-bas, au-dessus de nous, les dômes, cratères éteints, levaient leurs têtes tronquées au-dessus de la longue chaîne. Car Châtel-Guyon est au commencement du pays des dômes.
Au moins Châtel survivra t-il quelques temps encore dans les livres du conteur normand, un peu à la manière d'un rêve incertain au petit matin ; pour l'heure, le pays est appelé au même destin que le givre qui le recouvre : l'un comme l'autre disparaissent dans la pâleur des froides journées d'hiver.


***

La petite rubrique littéraire finale ! Deux contes de Maupassant dans le Châtel du XIXème :

Mais il faudrait aussi parler de Mont-Oriol et de quelques autres... Lisez donc Maupassant, c'est un de mes auteurs préférés.

13 commentaires:

  1. "Il y aurait plus de 6000 habitants, c'est à se demander où ils se cachent."
    Ben, tiens, avec le froid qu'il fait, ils sont au coin du feu, comme tout le monde!
    Ton texte m'a flanqué le cafard, je rentre aussi de mon pays natal , et je l'ai trouvé rétréci, vide,petit. En grandissant, il semblerait que nos souvenirs grandissent avec nous, et quand nous sommes de retour dans la réalité de notre enfance, elle est toute petite et triste.

    RépondreSupprimer
  2. Le givre a quand même l'air moins sinistre sur les monts du Mené !

    RépondreSupprimer
  3. Sûr qu'après James Bond, ça calme!
    Belle fin d'année à toi, même à Chatel-Guyon. J'avais une grand'tante qui venait y "prendre les eaux", il y a plus de trente ans. Déja, elle trouvait le pays très sage ....

    RépondreSupprimer
  4. Coucou Sammy, je viens t'embrasser et te souhaiter que du bon pour cette nouvelle année

    RépondreSupprimer
  5. Bonne et heureuse année, Sammy! Plein de bonnes choses, bonheur, santé et tout, et tout!!
    Bises béarnaises!

    RépondreSupprimer
  6. Bonne Année, Sammy. Et bonne fin de vacances.
    Je t'envoie des bises toulousaines.

    RépondreSupprimer
  7. Bonne Année 2007 Sammy, un petit bol d'air parisien ; ici il fait doux mais humide.
    Tiens mais j'ai l'impression qu'au moins 5 000 habitants de ChatelGuyon sont venus passer la fin d'année ici ! Voilà pourquoi tu te sens seul !
    Bonne fin de vacances !

    RépondreSupprimer
  8. Saaaaammyyyy ! Bonjour et bonne année! Je viens seulement de lire ton MP dans Obsolettres et de te répondre, en MP aussi. Je ne sais pas si cela t'intéresse encore, en tout cas, je t'ai expliqué la marche à suivre! Bizz et bonne continuation! (Au fait, je ne te lis plus sur les blogs ? Que deviens-tu ???)

    RépondreSupprimer
  9. Je te souhaite une belle année Sam, avec tout plein d'amour sous toutes ses formes !
    Que demander de mieux ? :-)

    RépondreSupprimer
  10. paysanheureux03/01/2007 21:08

    Très très bonne année 2007, Sammy ! J'ai fait mes études à Clermont, je suis donc passé à chatel ...C'est un très beau pays ! Moins agité qu'à une époque certes mais cela reviendra à la mode, les eaux chaudes ...

    RépondreSupprimer
  11. Merci à tous pour vous voeux si gentils, ça me fait très plaisir ! :-)

    RépondreSupprimer
  12. Entre Troyes et Reims, le loisir d'apprécier les paysages que tu décris ne m'a pas été donné... Et quand bien même, si la neige était là (ce qui est en fait tout le problème de cet hiver un peu trop doux pour être normal), les voitures se hâtent de transformer la neige en bouillasse immonde.

    RépondreSupprimer
  13. C'est pour ça que c'est beau le givre monsieur Whowho... ça ne marche pas toujours, ça ne tient pas longtemps, et c'est hors de portée des roues des voitures. La poésie gratuite à usage limité quoi...

    RépondreSupprimer

Le formulaire qui apparaitra suite à votre commentaire est destiné à vérifier que vous êtes bien un être humain. Si vous avez quelque chose à dire, allez-y ! Si vous êtes un robot, bonne chance pour le test =)