14 février 2007

Chronique de l'humain assis

J'ai assisté à une réunion hier matin. Une de plus. La réunionnite est la maladie chronique de Sammy du fonctionnaire. Il y aurait d'ailleurs beaucoup de choses à dire sur les réunions d'une façon générale. Leur utilité, les raisons profondes de leur existence, comment dormir sans se faire remarquer. Car réunir, c'est dormir un peu, telle est ma devise.

Celle-ci fut tout de même assez instructive. Pas utile, ce serait trop beau. Seulement instructive mais c'est déjà beaucoup ; ce n'est pas tous les jours que l'on peut écouter un président de Tribunal administratif. Il y eu malgré tout quelques longueurs que je mis à profit pour observer l'assistance et noter au passage quelques observations sur les spécimens humains les plus remarquables, dans l'idée de les partager avec vous. Si je savais dessiner, je vous les aurais croqués.

Juste en face de moi se tient une femme d'allure posée, calme. La cinquantaine respectable. Elle écoute attentivement, sourit d'un air affable. Son visage inspire un sentiment de douceur et de sérénité. Tout se gâte dès qu'elle se met à prendre des notes. Elle écrit avec une frénésie assez effrayante, agitée de tressautements irréguliers, tant la pression qu'elle imprime à son bic est forte. Tout en maintenant sa feuille à l'aide de sa main gauche posée bien à plat sur le papier, les doigts fermement appuyés et écartés les uns des autres, elle penche la tête jusqu'à venir toucher son épaule avec son oreille. C'est remarquable. Mais quelle violence dans cet exercice ! Elle fronce les sourcils avec vigueur et un rictus lui tire le coin droit de la bouche à la manière d'une tare congénitale. Je suis fasciné. Dès qu'elle cesse d'écrire, elle retrouve une apparence normale. A l'instant où elle trace un début de lettre sur sa feuille, sa fureur la reprend.

Un peu plus loin est assis un officier de gendarmerie débonnaire. Poussah indéchiffrable, il semble fait de pâte molle. Un mouvement imperceptible de ses lèvres ondulantes comme un arc mongol à la double courbure caractéristique le fait passer de ce qui semble être une moue ironique à l'indifférence la plus parfaite. A moins que ce ne soit l'inverse. Il en est de même pour ses yeux, semblables à deux billes qui rouleraient dans les fentes horizontales que délimitent de lourdes paupières.


Un peu plus à droite encore se tiennent côte à côte deux femmes qu'en apparence tout oppose. Deux allégories. La beauté méprisante et la frustration revêche. La première, belle fille à l'allure hautaine, affiche ostentiblement les signes d'un ennui profond. Bras croisés, jambes de même, elle se tient très droite et fait mine d'être parfaitement indifférente à ce qui est dit, ainsi qu'aux regards des hommes glissant sur elle. Jeans et col roulé, elle ne s'astreint pas au code vestimentaire en cours, qui fait croire à certains que l'étiquette est un gage de sérieux. La seconde au contraire, applique un peu trop rigoureusement les règles implicites du standing et se tasse sur sa chaise et dans son strict tailleur muraille. Honnêtement, c'est l'archétype de la vieille fille. Moue pincée, collants noirs (mon arrière grand-mère en avait de semblables), coiffure moins affriolante que bien des perruques, et poses affectées. Elle n'a eu de cesse de se toucher le cou, les joues, se masser sous les yeux. Et remettre en place une idée de mèche blonde derrière son oreille, main tournée vers l'extérieur et regard féroce.

Et tout ceci a été noté par un jeune prétentieux mal rasé, tantôt accoudé avec nonchalance, tantôt griffonnant quelques mots sur un grand cahier qu'il récupéra un jour dans une corbeille à papier du service. [c'est authentique, il était parfaitement neuf] Il a posé son chapeau sur son duffle-coat plié avec soin -l'animal semble maniaque- révélant du même coup une coiffure négligée et des lunettes graisseuses. Parfois, il ferme les yeux et glisse lentement sur sa chaise. Il parait alors dormir. Mais ne vous fiez pas aux apparences. Non seulement il a tout écouté, mais il vous a observé avec la plus grande attention...

18 commentaires:

  1. Le jeune prétentieux mal rasé a un don d'observation extraordinaire, et un réel talent pour mettre ses observations en mots!
    (tu as quelque chose contre les dames à la cinquantaine respectable?????????tention hein Sammy!!!

    RépondreSupprimer
  2. J'y étais à cette réunion!Ah! Non tiens! Mais c'est comme si j'y avais été, c'est tellement bien relaté que j'ai tout vu.
    Mais...comme Coumarine, je me pose des questions...les dames posées, calmes, à la cinquantaine respectable...tu n'oserais pas te moquer quand même? Gare, Sammy...

    RépondreSupprimer
  3. Tu écris tes billets discrètement en réunion ? :-)
    tu as raison, il faut joindre le désagréable à l'utile !
    je hais les réunions pour les réunions qui dure des heures mais hélàs, cela donne un air respectable, comme une garantie de sérieux et de compétences pour un certain nombre d'individus pas spécialement fonctionnaires par ailleurs ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Sammy, je vous le dis tout de go. Qu'est-ce que vous écrivez bien. (je sais, c'est pas un commentaire très...très...enfin, très futé, mais ce soir j'admire. Je vais pas penser en plus).

    RépondreSupprimer
  5. bon, maintenant ,je ne vais pas pouvoir m'empecher ,à chaque réunion où je serai conviée , de verifier s'il n'y a pas un individu en train de m'observer en griffonant sur son bloc note........ je serais bien curieuse de savoir comment tu m'aurais décrite, tiens......... des fois on donne une image qui est loin de refléter ce qu'on est au fond.......
    en tout cas , c'est toujours aussi agréable de te lire Sammy.......

    RépondreSupprimer
  6. Est-ce que c'est une réunion, genre réunion d'équipe (réunir alors, c'est mourir un peu ;) ou une réunion style causerie/formation ? Voilà qui était plutôt cocasse et bien décrit en effet... L'oeil du photographe...

    (ps. J'étais venue lire - éventuellement- ta partcipation post consigne 39 ;)

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour à tous ! (toutes ! :-) )

    Coumarine, Orion, non, je n'ai rien contre les cinquantenaires respectables ! :-) C'était plutôt un compliment en fait. Pour mieux souligner la métamorphose qui la prenait dès qu'elle touchait son stylo.

    Merci pour le sens de l'observation ! C'est comme le fait d'écrire quelques idées de billet en prenant l'air absorbé de quelqu'un qui prend des notes, ça fournit un but... C'est tout à fait ça Florence...

    Posuto, je suis empli de joie et de confusion. Etre admiré par des gens de goût est vraiment un très grand plaisir.

    Tilu, peut-être nous croiserons-nous un de ces jours, va savoir ? Tu pourras ainsi lire ta description ^^

    Non Pivoine, c'était une réunion de personnes chargées de fonctions à peu près similaires au sein d'administrations différentes. Son seul intérêt étant de voir -d'entendre surtout- les juges du TA. Histoire de progresser dans nos décisions, ne plus se faire retoquer etc.

    Pour la consigne 39, ah... il va falloir que je trouve du temps ! Mais si je le fait, promis, elle sera sur le blog !

    Tant que j'y pense, il me semble que tu m'avait parlé je ne sais plus trop où d'Obsolettres ; le site ayant été refait, je ne puis de toute façon pas devenir membre pour l'instant, huhuhu...

    RépondreSupprimer
  8. Réunir c'est mourir un peu. Lol. Pas mal ça Pivoine.
    Alors si un jour je dois animer une réunion, et que je vois les gens prendre des notes, je vais avoir des craintes. Je ne vais pas me dire "super, ils prennent des notes je les intéresse", mais "oula, celui là me regarde bizarrement, il doit m'observer et prendre des notes pour le prochain billet de son blog!"
    En tout cas, je suis fière de toi, tu portes ton chapeau jusqu'en salle de réunion. Tout le monde devait te l'envier! ;-)

    RépondreSupprimer
  9. paysanheureux15/02/2007 21:48

    Comme c'est bien décrit!!! Si tu savais comme tout cela me parle ...Je n'ai rien oublié de ces réunions même si je n'ai jamais été au tribunal administratif, j'ai siégé dans des commissions présidées par des magistrats de cette instance...Tu es redoutable, je ne sais si j'oserai aller à des réunions à Dijon... Fonctionnaire pour quel ministère??? Redoutable , vraiment...

    RépondreSupprimer
  10. Hé bé, méfions nous des jeunes qui griffonnent sur de petits carnets discrets...c'est presque de la bande-dessinée..en mieux

    RépondreSupprimer
  11. J'espère que nous n'aurons jamais l'occasion de réunionner ensemble pour le boulot car tu es un "croqueur d'images" redoutable ! ;-)
    et si je suis dans un mauvais jour, (mal réveillée, grincheuse et mal coiffée) je ne sais pas quel portrait tu pourrais faire de moi ! ;-)

    RépondreSupprimer
  12. Ohn oh, Sammy ta plume est bien piquante ! Redoutable, le mot de PH est juste.
    Utile cette réunion ? Bon, oui je vois !
    Dire que dans le privé nous avons la même maladie : on se réunit pour se dire qu'il faudra une réunion pour décider de ceci ou cela...

    RépondreSupprimer
  13. Le jeune prétentieux aux lunettes graisseuses semble redoutable! Bravo pour ce texte satirique.

    RépondreSupprimer
  14. Eh oui ma grande Lilou, mon chapeau, je ne le quitte plus ! On devrait fonder un club, tu ne penses pas ?

    Pour les réunions que tu ne manqueras pas d'animer, ne t'inquiètes pas trop, tout le monde n'est pas aussi peu sérieux que moi -aussi moqueur devrais-je dire : la plupart se contentent de dormir sans faire attention à rien...

    A quel genre de commissions as-tu participé PH ? Je n'y connais pas grand chose en agriculture...

    Vraiment Melle Bille je suis flatté. Je n'ai pas beaucoup de mérite, vu que je n'ai rien inventé... Mais peut-être que les auteurs de BD (et les autres) commencent par observer autour d'eux ?

    Mais voyons Florence, je suis sûr que tu ne te laisses jamais aller à de semblables comportements ! Ah... tu as vraiment des mauvais jours ? Diantre.

    Fauvette tu as bien définit le but des réunions en général... et le pire c'est que c'est vrai...

    Eh oui Gavrix, d'autant plus redoutable que je fais semblant de dormir ! Euh... sauf les fois où je dors vraiment, mais ceci est une autre histoire !

    RépondreSupprimer
  15. Je retrouve la même jubilation que toi dans l'observation de mes compères. Il y en a des choses à dire, mais aussi à interpréter. Mais comme le disait tilu, on ne reflète pas toujours ce que l'on est, même si, je pense quand même que bien souvent c'est le cas.

    RépondreSupprimer
  16. Oui Whorus, à plus forte raison quand la personne observée n'a pas conscience de l'être, et se laisse donc aller à son attitude la plus "naturelle"... Hum, je ferais bien de me surveiller, si je ne veux pas moi même être la victime d'un autre observateur un de ces jours ;-) Le fameux "tel est pris qui croyait prendre", ça arrive bien plus souvent qu'on ne le pense...

    RépondreSupprimer
  17. Bon je crois qu'il ne reste plus que moi pour terminer la ronde des habitués !! lol
    Ah ça ! t'as le don pour la satire humaine... j'te dis qu'il y a du Molière en toi... et pis un peu de Balzac, Flaubert aussi : un côté très 19e sècle... quoiqu'à l'époque y'avait pas de femmes aux réunions et encore moins des mal rasés !!

    RépondreSupprimer
  18. C'est vrai que les femmes mal rasées c'est assez choquant... hein, quoi , j'ai mal compris ? Attends, je relis ! ^^

    Merci pour cette cascade de comparaisons flatteuses ma chère Delphine ! Mais je ne pense pas devenir un jour à moitié célèbre comme Flaubert (ni même avoir le quart de son talent ^^) ; de même qu'il me semble bien improbable que l'on parle un jour de la langue de Yannick, ou de la langue de Sammy ! :-D

    RépondreSupprimer

Le formulaire qui apparaitra suite à votre commentaire est destiné à vérifier que vous êtes bien un être humain. Si vous avez quelque chose à dire, allez-y ! Si vous êtes un robot, bonne chance pour le test =)