06 décembre 2012

Chronique des choses probables


L’homme avisé lit les journaux. Cela lui permet de passer le temps, arborer un air important dans les transports en commun et se tenir au courant de la marche du monde. Grâce à cette habitude  il n’est pas démuni lorsqu’il s’entretient avec son chef de service, sa voisine de pallier ou sa boulangère et que ces estimables personnes lui apprennent que le Prince William et Kate attendent un enfant. Ce qui est probablement une nouvelle très importante. 

Les pigistes mal payés sont connus pour bâcler le travail, nous sommes donc dans l’impossibilité de savoir si cet enfant viendra à vélo, en train ou à bord d’une Rolls Royce, apparat royal oblige. Ni quand est prévu le rendez-vous. Et à quelle heure ? Et où ? Peut-être à Trafalgar square. Ou à Picadilly circus. Les enfants aiment beaucoup le cirque, cela me parait être une bonne idée. Les gazettes nous expliquant avec complaisance que “la duchesse souffre de nausées matinales sévères”, nous pouvons en inférer qu’ils ont rendez-vous sur un bateau, et qu’elle vomit son petit-déjeuner, comme le plus humble des sujets de sa royale majesté (que dieu la sauve), accrochée au bastingage, penchée au-dessus de flots sans doute peu au fait de la personne prestigieuse qu’ils bringueballent, chapeau envolé dans la tempête et se demandant pourquoi diantre le Premier Ministre s’est senti obligé de lui envoyer des félicitations pour une situation aussi humiliante. 

C’est probablement de l’humour anglais.

Les français ont moins d’humour. La maman du petit Jihad, 3 ans, vient d'en faire l’expérience. Le bambin a été envoyé à l’école arborant un T-shirt où il était marqué, devant : “Je suis une bombe”, derrière : “Jihad, né le 11 septembre”. On sent tout de suite le côté désopilant de la chose. La maîtresse n’a pas ri. La directrice non plus. Mis au courant, le recteur d’Académie s’est fâché tout rouge. Le ministre va probablement être saisi de l’affaire. Il en parlera sûrement mercredi matin au président. Gageons que cela le fera rire car cet homme passe pour avoir de l’humour ; accueillant Mario Draghi à l’Elysée, il fait sortir Jean-Luc Mélenchon par une autre porte et se gausse devant les journalistes de l’ingéniosité de son stratagème. Celui qui fut traité en son temps de capitaine de pédalo peut se prévaloir de garder le sourire et le cap du paquebot France au milieu des icebergs. Reste à savoir s'il les évitera.

Quant à l’oncle et à la maman de Jihad, ils comparaîtront prochainement devant un juge. Pas pour mauvais goût, le législateur n'ayant pas intégré cette notion passablement floue dans le Code Pénal. Mais pour "apologie de crime", ce qui est un peu plus embêtant. Il va évidemment de soi que les responsables des attentats commis dans le monde ces dernières années ont été fortement impressionnés par le message délivré par cet enfant et son T-shirt. La preuve : un récent rapport nous apprend que depuis que l’on mène la “guerre contre le terrorisme” il n’y a jamais eu autant d’attentats dans le monde. Sauf aux Etats-Unis. De leur point de vue, l’objectif est donc parfaitement atteint. Ils ont probablement des lois anti-T-shirt plus efficaces que les nôtres.

Mais tout cela n'est probablement pas bien grave au regard des nouvelles vraiment importantes. Pensez donc : la duchesse souffre de nausées matinales sévères. 

4 commentaires:

  1. c'est une blague cette histoire de Jihad et de tee shirt ?

    RépondreSupprimer
  2. Non, non, c'est absolument vrai. D'ailleurs tout est vrai dans cette chronique. A l'occasion je rajouterai sans doute en bas de page les articles qui m'ont servis pour l'écrire, mais j'ai peur que ça ne casse un peu la lecture : je n'écris pas une encyclopédie :)

    RépondreSupprimer
  3. Pauvre gosse.
    Les deux, à la réflexion.

    RépondreSupprimer
  4. C'est, il faut bien le reconnaître, la chose la plus importante au monde. Cet enfant même avant sa naissance aura déjà fait un mort (une). Le reste n'a aucune importance, la crise, la Syrie, l'Egypte, tout cela n'est que billevesées à côté de la naissance ce royal enfant. Si, comme le disait Lénine, le religion est l'opium du peuple, que dire de ce non-évènement ?

    RépondreSupprimer

Le formulaire qui apparaitra suite à votre commentaire est destiné à vérifier que vous êtes bien un être humain. Si vous avez quelque chose à dire, allez-y ! Si vous êtes un robot, bonne chance pour le test =)