26 novembre 2006

Chronique du chapeau du chat botté

Avez-vous déjà remarqué que la chat botté, comme son nom ne l'indique pas, est toujours représenté coiffé d'un grand chapeau ? Avec une plume, pour la beauté de la chose. C'est un détail qui m'a toujours frappé. Sans parler de l'impossibilité théorique flagrante de l'expérience -si vous n'êtes pas convaincus, enfilez donc des bottes à votre chat maintenant qu'il s'est lassé de la pelote de laine, et essayez donc de lui poser un bob Ricard sur le crâne- il faut bien avouer qu'il n'en est point question dans le texte de Perrault.

Ne vous affligez point, mon maître, vous n'avez qu'à me donner un sac, et me faire faire une paire de bottes pour aller dans les broussailles, et vous verrez que vous n'êtes pas si mal partagé que vous croyez.
Avez-vous déjà prêté attention à la foule disparate et anonyme qui nous environne dans le flot continu des artères commerçantes ? Tout le monde se ressemble et personne n'est semblable. Il arrive pourtant que des silhouettes se démarquent avec une netteté flagrante, par une attitude particulière ou une apparence plus travaillée. Certains ont des tatouages, des piercing ou les cheveux gras. D'autres encore attachent le bouton du haut de leur polo. J'en connais même qui mettent des cravates. Toutes ces choses demandent du travail, voire de la réflexion avant de trouver sa propre petite touche personnelle. A l'exception peut-être des cheveux gras, qui sont la moins coûteuse des fantaisies.

Il en est ainsi du chat botté. Eût-il possédé ses seules bottes qu'il aurait été moins beau. Il n'aurait pas pu accomplir les prouesses qui l'ont rendues célèbre. Probablement Charles Perrault ne l'aurait-il même pas retenu pour le casting final de Mère l'Oye Academy. Il aurait tristement fini, les bottes trouées et la tête nue, mendiant dans le ruisseau son ronron quotidien. Alors que le chapeau attire le regard, marque la prestance, pose le personnage. Si celui-ci n'est pas mentionné dans le conte, c'est à l'évidence parce que la question ne se pose même pas : un chat botté sans chapeau, c'est tout bonnement impossible.

Parcourant samedi soir l'obscurité des rues, espérant sans trop y croire retrouver la trace de Titi et Jump, héroïques félidés morts pour l'asphalte, j'étais bien loin d'avoir en tête des réflexions aussi grandioses. Je marchais sans but, si ce n'est celui d'assister à quelque évènement intrigant que je pourrais raconter en rentrant. Mais sans m'en rendre compte, je me dirigeais vers le quartier des chapeliers fous. Après avoir tourné, lorgné, louché, pris le large et pesé le pour et le contre, j'ai finalement posé l'oeil sur la vitrine, la main sur la poignée et le pied dans la boutique. Juste pour voir. Mais je savais que je ne pourrais plus reculer.

Le fait d'apercevoir une jeune et jolie vendeuse dans la boutique m'aurait-il décidé ? Allez savoir. Toujours est-il que je n'aurais pas besoin, pour me singulariser, de me faire greffer une quincaillerie dans les narines ou me promener avec un octodon sur l'épaule, ni de pousser la provocation jusqu'à porter une cravate. Et mes cheveux resteront propres, merci pour eux. Et voilà pourquoi, samedi soir, à l'heure où les mères lisent à leurs enfants les plus célèbres contes de Perrault, encore qu'ils ne valent pas ceux de la rue Broca, j'ai marché une heure de plus dans la rue anonyme, fier comme le marquis de Carabas, moi, Sammy, le chapeauté...

16 commentaires:

  1. Un chapelier fou ? Peut-être celui qui est entre l'hôtel City Loft et le parvis St Jean?
    Alors, quel modèle as-tu choisi ?

    Au cours de mes recherches, je suis tombée non pas sur des chats bottés mais sur des chats ferrés (du côté d'Orléans)... Heureusement que tu t'es intéressé au couvre-chef et pas aux bottes, tu aurais pu finir ferré - comme les petits paysans de l'Arrache-coeur !

    RépondreSupprimer
  2. Ah ben non ! Celui que tu as retrouvé (et c'est déjà beau !) est celui de la rue des Godrans ; le mien est sis rue du bourg.

    Pour la description du modèle, eh bien... cela fait penser, selon les personnes et les sensibilités, tantôt à un bougnat, tantôt à Marc Vayrat. Parfois à un mafioso. Résumons nous : il est noir et chic, c'est un succèc complet.

    Pour les chats ferrés, bravo. Je connaissais cette appellation... et pour cause ;-) mais as-tu vu ce texte ? Je vais finir par m'interroger sur la réalité d'une telle pratique...

    RépondreSupprimer
  3. Huhuhuhuhu ! (oui je me gausse !)

    Acheter un chapeau le jour de la sainte Catherine, céty pas mimi ça ? :-D

    Céty pas un message subliminal à tes lectrices ça ?! :-D

    (J'ai bien noté l'envoi personnel dans ma boîte huhuhuhu (oui je me regausse))

    A part ça je te réponds vite plus longuement, et j'arrête de traîner sur les blogs et vais vite essayer de limiter les dégats pour l'exam qui s'annonce dans... oulala, H-2 !

    Bisou(s) !

    RépondreSupprimer
  4. C'est vrai, je me rappelle cette machine à déferrer les chats dans ton texte (chronique des nécessaires inventions)... A l'époque, elle m'avait fait penser à ce porte-chat et, comme l'invention n'est pas récente, à ce porte-chien(issu d'archives personnelles de 1983)

    RépondreSupprimer
  5. Sammy le chapeauté ! Très joli surnom.
    C'est bien, alors un béret noir
    Très chic, très chic.
    (Très drôle ton billet !)

    RépondreSupprimer
  6. Chat alors! J'ai déjà vu des chats-lands devant des chats-pitaux acheter du chat-blis et du chat-bichou, mais je voudarias bien voir Chat-mmy chat-peauté!
    Chat-rrête mon chat-rabia et je vous chat-lue.
    On peut avoir une photo du couvre-chat...pardon du couvre-chef!
    Meeeeaaaaaoooowwww!!!
    (J'ai bien aimé ton texte).

    RépondreSupprimer
  7. Moi c'est l'été que je place un chapeau sur ma modeste chevelure. Un Camarguais, vrai de vrai, acheté sur le marché d'Arles un samedi matin.
    Suis parti en Afrique avec. C'était comique. Si je sortais nu tête, on me parlait en français et je n'étais pas trop sollicité. Mais si je mettais le chapeau ! On me parlait en anglais et on me demandait des dollars !!
    Comme quoi, le chapeau ne fait pas le cow-boy...

    RépondreSupprimer
  8. On peut dénoncer Céline à la SPA ???

    RépondreSupprimer
  9. Et aussi à la SPM (société protectrice des mamies)!!!

    RépondreSupprimer
  10. paysanheureux28/11/2006 20:50

    Sammy, cela mérite photo ! J'en ai un pour la "ville" mais je n'ose pas le porter ! Pourtant, un beau chapeau sied bien ! Je le mettrais peut être à Lyon, la prochaine fois, pour m'amuser en pensant à Toi....
    Ici, quelques anciens le portent, des petits, mais je n'aime pas !

    RépondreSupprimer
  11. ti_magicien28/11/2006 23:11

    la prochaine étape pour sortir du lot du commun des mortels, seras peut être demain, justement je ne plus se démarquer, être le plus normal sans fioritures. mais la mode étant se quelle est, lorsqu'uon en sera arrivé là tout le monde voudras etre normal et le cycle de la mode reprendra son cours. l'essentiel est d'etre bien dans sa peau chapeau ou non , gentille vendeuse ou pas ;)

    RépondreSupprimer
  12. Marsiho, Orion, oh hé, on est sur le blog de Sammy ici hein, merci de recentrer le débat ! :-D

    RépondreSupprimer
  13. Sammy, samedi prochain, tu achètes les bottes? D'ailleurs, c'est la mode cette année. Aussi pour homme, oui, oui!
    PH, enfin je vais pouvoir te reconnaître à Tony Garnier!

    RépondreSupprimer
  14. Hé!Ho! Et la photo du chapeau ?

    RépondreSupprimer
  15. Waouh ! Tout ce monde ! Merci à tous de vos passages ! (oui, certains sont passés plusieurs, je vous ai vus !)

    @Céline : Non, c'est vrai ? Ben j'ai même pas fait gaffe ! Remarque, les filles que j'ai croisées dans la rue ne devaient pas le savoir non plus, puisque aucune ne s'est jetée sur moi !

    Ca c'est bien passé cet exam ? Tant que tu ne roules pas sur le pied d'un examinateur, ça devrait aller je pense ;-)

    Merci d'avoir joué la police ! Mais tu avais raison, le créneau "octodon" est très porteur !

    @Christelle : encore faut-il avoir un chien de petite taille ^^

    @Fauvette : oui, le chapeauté c'est "le bout de la pelote de laine" qui m'a permi de me sortir de ce texte. Sans ça, j'étais parti dans des considérations inintéressantes sur le look et ses nécessités... :-S
    PS : ce n'est pas un béret, c'est un chapeau ! Un vrai chapeau de bougnat ^^

    @Orion : chalut ma chère ! Tu es de Clermont toi auchi ? Tu as bien l'acchent en tout cas :-D

    @Marsiho : pas la peine de dénoncer Céline ! Elle est déjà sous le coup d'une fatwa de la ligue des ayatollahs protecteurs d'octodons !
    Moi on ne me parle pas anglais, ouf. Et on ne me demande pas d'argent, re-ouf. On est juste surpris de constater que j'ai une si grosse tête quand on essaie mon chapeau ^^

    @paysanheureux : Ah mais il faut le porter hein ! Je suis en train par mon seul exemple, de relancer la mode du chapeau dans ce pays ! PH avec moi ! PH avec moi !

    @ti_magicien : ben mode ou pas mode, je voulais un chapeau, et j'ai acheté un chapeau, na !

    @Marie-Aude : J'aime bien les bottes, mais ça ne va pas avec ma façon de marcher : c'est de mettre un pied d'vant l'autre, puis de recommencer, certes, mais c'est surtout à grandes enjambées.

    @Orion, et tous ceux qui veulent une photo : on verra plus tard ;-)

    RépondreSupprimer
  16. Me posant la même question à propos du chapeau du chat botté, mes recherches m'ont conduit à me demander si cet accessoire n'était que pour, être plus beau... J'ai donc essayer de trouver des représentations où le beau chat botté chapeauté était également ganté, il se trouve qu'il est rare de voir l'élégant,les gants aux pattes, bien que le conte parle de lègue ! Le mystère reste donc entier !

    RépondreSupprimer

Le formulaire qui apparaitra suite à votre commentaire est destiné à vérifier que vous êtes bien un être humain. Si vous avez quelque chose à dire, allez-y ! Si vous êtes un robot, bonne chance pour le test =)